NC001
Récifs d'Entrecasteaux


Country/territory: New Caledonia (to France)

IBA Criteria met: A4ii, A4iii (2012)
For more information about IBA criteria please click here

Area: 371 ha

Protection status:

Société Calédonienne d'Ornithologie

Site description
Cet archipel a été découvert en 1792, par d’Entrecasteaux. Il sera ensuite visité par quelques baleiniers au début du 19ème siècle, mais sa véritable colonisation pérenne par l’homme coïncidera avec l’exploitation du guano, entre 1883 et 1928. Depuis 1965, une station météorologique automatique a été installée sur l’île de la Surprise. Les récifs d’Entrecasteaux constituent l’extrémité nord-ouest de la barrière de corail néo-calédonienne, dans le prolongement des Belep, à environ 300 milles nautiques de Nouméa. L’archipel s’étend sur 30 milles nautiques et est composé de plusieurs atolls dont les principaux sont l’atoll de la Surprise et de Huon. Le premier comprend trois îles, Surprise (700 x 400 m), le Leizour et Fabre (1 500 x 1 000 m chacune), tandis que le second n’en compte qu’une, Huon (2 500 x 200 m). Toutes sont basses (Huon dont le guano n’a pas été exploité culmine à 7 m), sableuses et recouvertes d’une strate herbacée a peu près identique d’une île à l’autre. Seules les îles de Fabre et de la Surprise présentent une strate arbustive (Argusia argentea) voire arborescente (Pisonia grandis) sur la côte sous le vent de la Surprise. Sur cette dernière, on trouve 25 espèces végétales appartenant à 20 familles différentes dont cinq graminées, une fougère et une majorité de plantes dicotylédone. On y observe une couronne de faux tabacs (Argusia argentea) associés à Suriana maritima, de vastes massifs de Scaevola sericea culminant à 3 mètres de haut, des bosquets de Pisonia grandis (6-8 mètres de haut) et une plaine centrale recouverte d’herbacées basses dominées par Stenotaphrum micranthum. On notera la présence de plusieurs espèces introduites parmi lesquelles Colubrina asiatica et Cassytha filiformis sont connues pour être invasives.

Key biodiversity
Les études ornithologiques conduites sur les récifs d’Entrecasteaux ont permis d’y identifier 13 espèces d’oiseaux marins et 6 espèces terrestres ou côtières. Treize espèces marines s’y reproduisent de manière certaine, il s’agit du Puffin fouquet, des Frégates du Pacifique et ariel, du Phaéton à brins rouges, des Fous masqué, à pieds rouges et brun, des Sternes huppée, diamant, bridée et fuligineuse ainsi que des Noddis brun et noir. Une seule espèce terrestre s’y reproduit, il s’agit du Râle tiklin, un oiseau coureur presque aptère à Chersterfield et Entrecasteaux, dont l’origine est mal comprise. Le statut d’un petit cormoran de couleur sombre identifié comme Phalacrocorax sulcirostris est incertain. Quatre espèces, non reproductrices, de limicoles y ont également été observées. Bien que leurs effectifs soient inférieurs aux seuils d’élection d’une IBA sur la base du critère A4, le récif d’Entrecasteaux accueille des populations significatives de Fous masqués (300 couples). De plus, l’IBA accueille plus de 1 % de la population mondiale de Fous à pieds rouges (3 000 couples) et de Fous bruns (720 couples).

Non-bird biodiversity: Les plages du récif d’Entrecasteaux sont des sites de reproduction pour au moins trois espèces de tortues marines : occasionnellement pour Eretmochelys imbricata (Tortue imbriquée ou tortue bonne écaille) et Caretta caretta (Tortue caouanne ou tortue grosse tête) et principalement pour Chelonia mydas (Tortue verte) dont plusieurs auteurs considèrent qu’il s’agit du plus vaste site de reproduction de cette espèce dans le Pacifique océanique.


Recommended citation
BirdLife International (2021) Important Bird Areas factsheet: Récifs d'Entrecasteaux. Downloaded from http://www.birdlife.org on 18/01/2021.