NC018
Presqu'île de Pindaï


Year of compilation: 2007

Site description
Le site est une presqu’île située sur la côte ouest de la Nouvelle-Calédonie, à 25 km au sud-est de Pouembout. Il s’agit d’un plateau calcaire incliné, surélevé à l’est. Il est bordé à l’est par de fortes pentes, plus hautes (94 m) vers le nord de la presqu’île, à l’ouest par des mangroves et au sud par une plage qui a été, par le passé, modestement aménagée. Par ailleurs, une petite base nautique et un camping existent au sud-ouest de la presqu’île. Il n’y a pas de cours d’eau permanents sur la presqu’île de Pindaï et elle reçoit moins de 1 100 mm de pluie par an. Sa végétation est bien adaptée à cette relative sécheresse. Une fraction, 88 ha, de la presqu’île de Pindaï, située au sud-est, vers la baie des Sapins, est recouverte par de la forêt sèche. Cette forêt devait vraisemblablement recouvrir l’ensemble de la presqu’île, mais les feux l’ont peu à peu réduite et transformée en forêt dégradée où domine le gaïac (Acacia spirorbis).

Key biodiversity
L’intérêt ornithologique principal de la presqu’île de Pindaï réside dans la présence de la plus importante colonie de Puffins fouquets, connue sur la Grande Terre. On y dénombre plus de 12 000 couples, nichant en arrière de la plage, dans un fragment de forêt sèche littorale dégradée et dans des fourrés à faux mimosa (Leucaena leucocephala). L’autre espèce marine dont on soupçonne la reproduction, sur la colonie, est le Pétrel de Tahiti, une sous-espèce endémique de la Nouvelle-Calédonie dont le statut UICN est quasiment menacée (NT). Les 37 espèces terrestres observées sur Pindaï sont connues pour être reproductrices en Nouvelle-Calédonie sans que leur reproduction au sein de l’IBA ait été confirmée. Outre la présence de 12 espèces endémiques et cinq espèces à répartition restreinte, il conviendra de remarquer que cette IBA est la seule où une observation récente de Héron strié a été faite, relançant l’intérêt pour cette espèce mal connue en Nouvelle-Calédonie. Aucun des trois Laridés observés sur Pindaï, n’est connu pour s’y reproduire. Cinq migrateurs terrestres, les Chevaliers errant et de Sibérie, le Pluvier fauve, le Tournepierre à collier et la Barge rousse, ont été enregistrés sur les tannes, les plages ou les platiers de la presqu’île.

Non-bird biodiversity: La presqu’île possède, outre sa forêt sèche décrite dans le paragraphe précédent, plusieurs sites archéologiques abritant pour certains des fragments de troncs pétrifiés et pour d’autres, des gisements fossilifères (Balouet & Olson 1989). D’intéressantes données sur les reptiles et les invertébrés ont été collectées (Anonyme 1998) sur la presqu’île. On retiendra que des bulimes (Placostylus fibratus) sont encore présents dans la forêt sèche et que sur les 10 espèces de lézards observées, deux étaient assez rares ; il s’agit d’une nouvelle espèce de Geckos du genre Bavayia et un petit scinque fouisseur (Nannoscincus greeri).



Pressure/threats to key biodiversity
Depuis l’étude de cette colonie de Puffins fouquets, d’autres sites majeurs de reproduction de cette espèce ont été découverts. Toutefois ils sont tous moins facilement accessibles que celle de Pindaï, située à proximité d’une plage desservie par une piste. La plupart de ces autres colonies est située sur des îlots intégrés aux IBA lagonaires du Nord-ouest ou du Sud. Toutefois, très récemment, une autre colonie de Puffins fouquets (11 000 couples environ) a été découverte sur la Grande Terre, sur le site de Gouaro Deva (Desmoulins & Barré 2006). Cette propriété de la province Sud fait actuellement l’objet de consultations pour l’établissement concerté d’un plan de gestion. Cette colonie de Puffins qui remplit possiblement le critère A4i, et est, en l’état actuel de nos connaissances, la deuxième plus grande colonie de la Grande Terre, a été mentionnée comme un élément clef de la richesse biologique de ce site. En ce qui concerne la colonie de la presqu’île de Pindaï, on peut craindre que le développement économique de la région, suite à l’avancement du projet minier Koniambo, entraîne un accroissement de la population et donc de la fréquentation de la presqu’île. En partenariat avec la province Nord, la SCO a donc réalisé la construction d’une barrière signalant la colonie et fermant l’accès à une route où de nombreux puffins étaient chaque année écrasés par des véhicules. Sur place, trois panneaux d’informations sur l’espèce ont également été installés. Cette année 2006, la Journée mondiale de l’environnement a été l’occasion pour les bénévoles de l’association, de participer, avec les services techniques de la province, à l’arrachage des stations d’Opuntia stricta. Cette cactée fait partie des 100 espèces introduites les plus envahissantes et sa prolifération sur la plage de Pindaï, prive les puffins de l’espace nécessaire à l’établissement de leurs terriers. Les densités de terriers dans cette colonie sont assez faibles (0,09-0,15 terrier par m²) en comparaison des colonies insulaires du lagon néo-calédonien (Pandolfi-Benoît & Bretagnolle 2002) ou d’Australie (Marchant & Higgings 1990). Cela pourrait s’expliquer par l’impact négatif que les espèces de mammifères introduites ont sur ces oiseaux. Il est très fréquent d’observer des cadavres de Puffins, prédatés par des chiens et des chats, au sein de la colonie, et on peut imaginer que les rongeurs consomment leurs œufs et poussins. Il serait intéressant d’évaluer l’importance de ces populations de prédateurs ainsi que leur impact puis d’envisager leur contrôle voire leur éradication. Comme nous l’avons mentionné, la presqu’île de Pindaï est un site relativement aride qui brûle encore fréquemment. En 2004, un incendie d’origine criminelle s’est étendu de la plaine des gaïacs à la presqu’île de Pindaï, dévastant des milliers d’hectares de son couvert forestier. Cette menace doit faire l’objet d’une réflexion globale au niveau de la Nouvelle-Calédonie, mais elle doit aussi être jugulée sur certaines zones stratégiques clairement identifiées comme le sont les IBA.


Recommended citation
BirdLife International (2019) Important Bird Areas factsheet: Presqu'île de Pindaï. Downloaded from http://www.birdlife.org on 18/10/2019.